Post-2015 agenda: "UN" discusses the place of women in development

Posted by EU-Logos on 16/04/14

image002

What is the place of women in development? What are the challenges and achievements of the implementation of the Millennium Development Goals for women and girls? How should the promotion of gender equality be included in the post-2015 agenda?

These are some of the issues discussed during the fifty-eighth session of the Commission on the Status of Women (CSW), by representatives of UN Member States, civil society organizations and UN entities from all regions of the world.

CSW is a global intergovernmental body working for the promotion of women’s rights, documenting the reality of women’s lives throughout the world, and defining global standards on gender equality and women’s empowerment.

This fifty-eighth session of CSW took place at the UN Headquarters in New York from 10 to 21 March 2014 and touched, more specifically, the “access and participation of women and girls to education and training”, and the promotion of “women’s equal access to full employment and decent work”. Furthermore delegates discussed women’s access to productive resources, and land property.

Despite the different delegates’ positions, the Commission finally reached an agreement that called for a stronger effort to achieve the millennium development goals, and confirmed the need for a stand-alone goal on gender equality and women’s empowerment for post-2015 development targets.

In fact in 2015 the set of international targets established in 2000 following the Millennium Summit of the United Nations – Millennium Development Goals (MDGs) – will expire.

MDGs seek to eradicate poverty, guarantee primary education, combat HIV/AIDS and other disease, ensure environmental sustainability and develop a global partnership for development. Furthermore, three goals are specially linked to women’s rights: promoting gender equality and empowering women, reducing child mortality rates and improving maternal health.

The debate on the establishment of new sustainable development goals and indicators is very lively, because UN open working group are currently negotiating the future goals. Therefore, in this context, the message of the CSW is extremely strong: the Commission on the Status of women not only underlined the importance of a stand-alone goal for women rights, but also said that gender equality must underpin all other goals.                      

image003

 

Millenium Development Goals (MDGs)

Relating to the current debate on thiimage005s issue, PubAffairs, a cross-sectorial network of professionals working in the fields of public affairs correlated to the European Union, organized a conference the 18 March. The discussion moderator was Gender Coordinator for OECD Development Center Ms Keiko Nowacka, an expert in the field of women and development.

The panel, composed by Ms Schumacher (UN women), Ms Kakunga (le Monde selon les femmes) and MEP Dan Preda, discussed the different approaches to women development and the different standards for measuring inequalities. Ms Nowacka insisted on the importance of choosing the right indicators; not for nothing is she an OECD officer.

Post-2015 agenda interests many different actors of civil society. In fact, defining new goals means shaping future development policies all over the world. Just looking to EU objectives concerning cooperation and development aid, we understand the influence exerted by UN goals. And that is why CSW delegates decided to use strong sentences in the outcome document of the Commission on the Status of Women. Thanks to their decision to focus on gender equality and women’s rights as a transversal issue as well as an important stand-alone goal, women issues will be always be highlighted in sustainable development goals.

Another question raised by the  post-2015 agenda is how to measure progresses in the field of development. A sensitive topic, especially because nowadays estimates on the achievement of Millennium Development Goals vary considerably.

If OECD in 2004 spoke about a “fast and accomplished progress” in some countries, proving  that “MDGs are achievable”, Amnesty International last year expressed its preoccupations for the lack of transparency in the elaboration of MDGs and the lack of involvement of the population in emerging countries. According to the worldwide NGO, “the MDGs have certainly set goals and targets, but they evaded the obligations of States in respect of human rights, while some rights are crucial to overcome poverty”.

Speaking about gender issues, OECD’s drivers of gender inequality are: discriminatory family code (age of marriage, parental authority…), restricted physical integrity, son bias (fertility preferences and missing women), restricted resources and entitlement and restricted civil liberties.

To face these structural obstacles to women empowerment, OECD proposes to improve their access to education and to economic resources. On the one hand this could help to fight violence against women – dependent women are more vulnerable -, and to improve women self-awareness in family dynamics and in childcare. On the other, this could give women the opportunity to participate in the economic, social and political life of their country.

Indeed, women empowerment in educational and economic sectors is very important to reduce poverty and attain other development goals. However, as Mrs. Kakunga said during PubAffairs conference, reducing poverty we also help women’s rights.

image007

An interesting initiative put in place by OCDE Development to enable the exchange and improve the knowledge on gender equality-related issues around the world, is Wikigender. This web platform, based on the work of the OECD Gender, Institutions and Development Data Base, provides citizens with articles about women issues and updated statistics.

According to its founders, Wikigender aims to “highlight the importance of social institutions such as norms, traditions and cultural practices that impact on women’s empowerment”.

To go further:

- Article of The Guardian about 58° Commission on the status of women: EN

- Article of The Guardian about women’s rights progress: EN

- CSW on the website of UN women: EN

- Millenium Development Goals: EN

- Amnesty International point of view on the achievement of MDGs: EN

- Wikigender: EN

 


Classé dans:Actualités, DROITS FONDAMENTAUX, Egalité entre hommes et femmes, Non discrimination

Third European Roma Summit

Posted by EU-Logos on 16/04/14

At its third round (the first summit occurred in September 2008 in Brussels while the second two years later in Cordoba), the Summit hosted notably the President of the European Commission José Manuel Barroso, Vice-President and Commissioner for Justice, Fundamental Rights and Citizenship Viviane Reding, Commissioner László Andor (Employment, Social Affairs and Inclusion),  President of Romania Traian Băsescu and holocaust survivor Toni Weisz.

Mr. Barroso inaugural speech praised the actions taken at EU level on Roma integration underlying that for the first time in 2013 a legal instrument has been adopted to ensure the social inclusion of Roma in Europe (Council recommendation on effective Roma integration measures in the member states adopted in 2013 on the 10th of December).

The European Union’s effort toward Roma integration relies on a three “pillars” strategy: a coherent set of national initiatives supervised by the European Commission with its annual report on the implementation of Roma strategies, a EU legal framework put in place by the Council Recommendation, and last but not least a “reinforced financial pillar” consisting in 80 billion euro allocated to social inclusion through the European Social Fund.

He made clear that effective measure could only be implemented at a local level by regional and communal authorities, hence single countries’ efforts and the effective use of European funds will be essential.

“Society is only strong when it cares after its most vulnerable” he finally stated.

President of Romania Trajan Băsescu expressed his disenchantment with the state of play of Roma inclusion policies: “excuse me if I am not equally optimistic as Mr. Barroso” he stated, asserting that European measures taken in the past four years had limited effects, an ineffectiveness that has its roots in the lack of political will of member states on the Roma issue.

According to Băsescu contributing to poor results of political initiatives is also the lack of knowledge of Roma culture in its diversity whereas the simplifying depiction of Roma as a coherent cultural and social entity is detrimental to their effective inclusion in society.

In a compelling speech Holocaust survivor Toni Weisz drew attention to the rise of racism in Europe, mentioning the vexation and social segregation Roma and Sinti people face in Hungary and Slovakia. “Is history repeating itself?” he caustically asked the public.

To address the poor housing conditions faced by Roma and Sinti communities in Europe he strongly endorsed the establishment of a Roma housing fund, an initiative initially proposed by the Central Council of German Sinti and Roma.

Justice Commissioner Viviane Reding highlighted the work the Commission has done to put the Roma issue on the agenda: back in 2010 member states were not politically interested on the subject while now all 20 member states are engaged in the implementation of a national strategy on Roma integration annually evaluated by a Commission report.

On this issue it is necessary to recall the controversy over the repatriation of Roma carried out by the French government since July 2010 that led to the deportation of thousands of gypsies to their country of origin and the following harsh reaction of Commissionaire Reding who deplored the French Government and urged for legal actions to be taken by the Commission.

“Basic human rights are for all citizens”, she finally stated after quoting verbatim Mr. Barroso on the imperative duty for societies to protect the most vulnerable.

The EU Commissioner for employment, social affairs and inclusion László Andor presented the financial framework supporting the policies of the EU on Roma inclusion. Over the next seven years over 70 billion euro will be allocated by the European Social Fund, 16 of which should be dedicated to social inclusion to benefit Roma and other disadvantaged social groups.

The role and responsibility of member states is crucial: it is through them that funds translate into actions, thus the importance of effective access to funds and their proper use.

On this issue a recent article by Le Monde drew attention to the limited efforts Romania has put in place to effectively employ EU funds: of the 3,7 billion euro allocated to Romania through the European Social Fund in the period 2007-2013 only 20% have been actually spent for social inclusion policies.

Besides the political commitment demonstrated by EU representatives at the Summit, the current conditions of Roma people in remains alarming as prejudice and intolerance is still rife in the EU.

On the occasion of the International Roma Day on the 8th April Amnesty International issued a Report denouncing the inability of EU member states to stand against violence and discrimination toward Roma.

France, Greece and Czech Republic have been object of severe criticism by the British ONG that dedicated three country-specific chapters of its report shading light on the precarious situation Romani people face in these countries: harassment perpetuated by police officers in Greece and France, Anti-Roma protests and the rise of racist attacks in Czech Republic.

In any case, with European elections approaching and extremist parties everywhere on the rise the question of whether the European Union and its member states will keep their commitments remains unanswered.

(Ermes Gallo)

To know more: 

- European Roma Summit Agenda: EN 

- European Roma Summit audiovisual materials : EN 

- Report on the implementation of the EU framework for National Roma integration strategies: EN 

- Council recommendation on effective Roma integration measures in the member states: EN 

Amnesty International Report on discrimination against Roma in the EU: EN 

- Dossier ROM de Nea say 

 


Classé dans:Actualités, BREVES, Eurodroits

FEPS forum addresses the crisis in Ukraine:

Posted by EU-Logos on 16/04/14

On the 4th of April the Foundation for European Progressive Studies (FEPS) hosted a seminar where prominent speakers from academia and the policy-making world shared their views on the ongoing situation in Ukraine.

Massimo D’Alema, President of FEPS and former Prime Minister of Italy, had harsh words for the EU timid stance toward the Crimean crisis, considering “humiliating” the US’ move to put aside the EU in their direct talks with Russia. As a matter of fact Secretary of State John Kerry and his Russian homologue Lavrov are the ones who are moving their pieces on the east European chessboard.

 “If want to be credible we must be consistent with our values and standards”, Mr. D’Alema stated criticizing the EU for doing nothing against the Israeli occupation of Palestinian lands in a time where peace talks are deadlock.

“War is not our core business” he added, suggesting that soft power and consistency in promoting the “European values” of democracy and rule of law will do better for Europe than a mere tug of war with Russia.

On the subject of the European Union dependency on imported gas he suggests to enhance the existing gas network in Europe to better exploit existing reserves, an infrastructural investment that could reduce Europe’s dependency on Russian gas by 20%.

Of an opposite opinion André Gerrits, Professor of Russian History and Politics at Leiden University, who asserted that Europeans should flex their muscles by deploying troops in Poland and in the Baltic States given that “Russians understand force”, criticizing the EU “postmodern rhetoric” and lack of realism on foreign affairs matters.

Both Hannes Swoboda (leader of the S&D) and Andres Inotai (Professor at the College of Europe) acknowledged the inadequacy of the Eastern Partnership and its inability to address the challenge faced by the Russian-led Eurasian custom union.

He advocates for a far-reaching eastern policy that should be adequately funded and should offer a real chance for a membership to strategic countries such as Moldova. “We should offer the membership for Moldova immediately” he stated, showing his concern over the fate of a country that faces the threat of Russia annexing its proxy breakaway State of Transnistria.

“The EU is financing Russia through the IMF loans” he added by signaling that financial assistance to Ukraine serves mainly the purpose of paying debts to Russia and the cost of increased energy prices.

Finally the leader of the Progressive Alliance of Socialists and Democrats (S&D) Hannes Swoboda underscored the value of targeted policies toward the countries of the Eastern Partnership and the need for strong economical and political support while at the same time he condemned the inconclusive wishful-thinking of European leaders on the matter of a common European energy strategy.

To know more:

- FEPS Forum  « A Progressive Renaissance for Europe » : EN

- FEPS Forum Programme in PDF : EN


Classé dans:COOPERATION INTERNATIONALE, COOPERATION JUDICIAIRE PENALE, DIGNITE HUMAINE, DROIT INTERNATIONAL, Liberté d'expression, Liberté de pensée, d'expression, de religion, Protection des minorités, Relations extérieures

Programme Post-Stockholm : Rappel des priorités politiques et adoption d’un nouveau dispositif de surveillance de l’état de droit dans les pays européens par la Commission

Posted by EU-Logos on 16/04/14

Le 11 et le 12 Mars 2014, la commission a publié ses communications- un rapport sur l’agenda Justice pour 2020, un rapport sur les priorités politiques en matière d’affaires intérieures et deux annexes sur l’état de droit dans l’Union Européenne- relatives au futur développement de la politique européenne en matière de justice et affaires intérieures.

La Commission reprend les priorités politiques déjà énoncées précédemment dans la note de cadrage adressée au Conseil justice et affaires intérieures au début du mois de Mars (cf: «pour en savoir plus» ci-dessous).

Dans l’ordre, la promotion de la mobilité des citoyens européens et d’une politique d’immigration légale visant les travailleurs qualifiés et non qualifiés, la politique des visas dans l’espace Schengen, consolider le système d’asile déjà mis en place –sachant que c’est l’une des principales réalisations de l’ELSJ-, puis toujours renforcer la coopération dans la gestion des frontières extérieures avec Frontex.

La Commission souhaite surmonter les défis relatifs à la sécurité intérieure protéger les citoyens européens des dangers provenant de différents facteurs, à savoir les réseaux criminels, la corruption, du trafic d’être humains, le terrorisme et la radicalisation , et la cyber sécurité .

Concernant l’agenda «justice» pour 2020, trois priorités ont été définies- la confiance, la mobilité, la croissance- par la Commissaire, Viviane Reding. La justice doit permettre à la fois de renforcer la confiance mutuelle entres les institutions administratives des Etats membres, tout en facilitant les déplacements des citoyens européens, c’est à dire retirer les obstacles à la libre circulation des personnes et enfin Vviane Reding souligne que toutes ces actions pourront être des facteurs de croissance économique dans nos pays.

Tous ces éléments, ne sont évidemment pas des nouveautés, ils ne devront que perpétuer des initiatives déjà mises en place. En fonction des thèmes, il ne restera plus qu’à consolider, codifier et compléter celles déjà existantes. Par exemple, la défense des droits de l’homme doit être au cœur de toutes les politiques, et prendre en compte davantage les spécificités, les catégories des populations, puis des moyens de recours devront aussi pouvoir être mis en place pour les citoyens en cas de violation.

La formation des magistrats nationaux à la singularité du droit européen doit s’accroître par le biais du réseau européen de formation judiciaire et miser sur l’apprentissage en ligne. A travers ses communications, la Commission n’à qu’un soin, celui de faire écho au Conseil européen de Juin 2014 car la justice et les affaires intérieures doivent être le moteur de l’Union Européenne.

Accessoirement, l’apport de ses communications de la Commission européenne se situe en ce qu’il trouve une solution au dilemme de Copenhague – surveillance de l’état de droit après l’entrée dans l’Union Européenne-. La Commission reprend et fixe une définition à l’état de droit dans l’Union européenne.

L’état de droit, lequel est le fondement de toutes les démocraties constitutionnelles composant les 28 pays du territoire de l’Union Européenne comprend toutes les bases s’imposant à nos sociétés à savoir le principe de légalité, la sécurité juridique, l’interdiction du caractère arbitraire des pouvoirs exécutifs, l’égalité devant la loi et le respect des droits fondamentaux. Ces principes doivent être respectés sur le territoire européen. Le cas échéant, le traité sur l’Union Européenne prévoit des sanctions en vertu de son article 7.

A cet effet, la Commission a souhaité mettre en place et elle a adopté un nouveau mécanisme de contrôle pour surveiller la situation dans l’ensemble des pays européens.

Reconnu comme un préalable à l’article 7 du TEU, cette nouvelle alerte précoce (phase de dialogue précédent une phase de contentieux) s’appliquera dès lors qu’il y aura une dégradation systémique dans le fonctionnement d’un Etat, il sera opposable à tous et la Commission européenne sera la garante du suivi et évaluera l’état de droit à l’aide d’autres institutions – FRA, PE, Conseil de l’Europe et commission de Venise, le réseau judiciaire).

Suite à ça, la Commission, donnera son avis sur l’état de droit, soit l’Etat membre se soumet à l’avis de cette dernière, soit s’il y a des menaces inquiétantes et persistantes elle adoptera des recommandations. Le cas échéant, le dernier mécanisme se lancera à travers l’application de l’article 7 du Traité de l’Union Européenne avec le mécanisme de sanction qui lui est lié.

D’après certains parlementaires siégeant à la commission LIBE, la Commission Européenne n’a pas fait preuve d’un grand courage sur ce dernier point, et le sentiment de déception est manifeste à l’égard de toutes les violations de droit qui sont en cours. La Commission doit se montrer capable d’être une instance de surveillance effective.

  (Alison Koweth-Deemin)

Pour en savoir plus :

  • Communiqué de presse, The future EU Justice and Home affairs agendas :- questions and answers: EN
  • Communiqué de presse, Conseil JHA du 3et 4 Mars 2014: FR
  • Programme « Post Stockholm » : un futur encore rempli de doutes: FR
  • Débat d’orientation : l’avenir de l’espace européen de justice et des affaires intérieures. Note de cadrage diffusée sous l’autorité de Mme REDING et de Mme MALMSTRÖM 

Classé dans:COOPERATION JUDICIAIRE POLICIERE, DIGNITE HUMAINE, DROITS FONDAMENTAUX, IMMIGRATION, LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES

Google versus Union européenne, un nouvel épisode : le temps se gâte pour la Commission européenne ! A quelques jours du vote, les consommateurs du Beuc entrent dans la danse.

Posted by EU-Logos on 15/04/14

Lassés par les lenteurs et les atermoiements des uns et des autres, les députés européens décident de passer à l’offensive à quelques jours de la fin de la législature (le 17 avril). C’est l’hostilité affichée depuis un certain temps par le commissaire allemand à l’énergie, Günther Oettinger, qui a mis le feu au poudre. Cela couvait depuis un certain temps. Il n’est pas seul outre Michal Barnier, opposant déclaré, huit de leurs collègues s’opposent à ce que l’accord. Tous jugent que les arguments sont insuffisants et ne veulent pas que l’accord tel qu’il se profile soit conclu définitivement.

Rappelons brièvement (cf. infra « Pour en savoir plus » le dossier de Nea say de Eulogos) en février dernier Google a fourni certains engagements pour répondre aux accusations de la Commission d’abus de position dominante. Le Commissaire Almunia s’est déclaré ouvert. « Google trop chouchouté par la Commission » a alors titré le journal belge le Soir de Bruxelles.

Début avril lors d’une réunion du collège des commissaires ce sont neuf commissaires qui ont critiqué les engagements de Almunia qui avaient déclaré douter que les arguments des sociétés plaignantes l’amèneraient à changer d’avis et ne prendrait pas nécessairement leur avis, amenant ainsi la député belge Marc Tarabella à interpeller la Commission par une question écrite. Il jugeait que l’accord « en plus de ne pas sanctionner l’entreprise coupable, la protègera cinq ans de toute procédure antitrust européenne ». Joaquim Almunia a eu beau jeu de rétorquer qu’il n’aurait pas les mains liées par la période de cinq ans et ne manquerait pas de sanctionner GOOGLE s’il ne tenait pas ses engagements. Des réunions avec la Commission sont prévues avant que les députés ne se séparent . Dans les colonnes du journal Bild le commissaire Oettinger tenait à rappeler que seule une majorité exprimée au sein du Collège avait la capacité d’accepter l’accord, invitation déguisée à ce que chaque commissaire prenne ses responsabilités. Deux députés Andreas Schwab et Ramon Tremosa ont interrogé la Commission demandant notamment quelles sont les différences entre la dernière proposition et la précédente jugée inacceptable. Pour l’heure le commissaire a répondu qu’il comptait répondre à chaque plaignant et c’est dans ce processus qu’il est actuellement engagé . Un renfort de poids pour les opposants vient d’arriver : le BEUC vient de déposer une plainte après avoir reçu des réponses qu’il a jugées insatisfaisantes. (Cf. « Pour en savoir plus »)

A quelques jours des élections, nous sommes en présence d’une nouvelle question ,parmi beaucoup d’autres, qui devrait être susceptible de passionner les électeurs. Mais en sera-t-il ainsi ? rien n’est moins sûr ! Un dossier qui traine depuis si longtemps ne peut qu’entraîner suspicion et méfiance.

Pour en savoir plus

- Dossier GOOGLE de Nea say: FR

- Argumentaire de Marc Tarabella: FR

- Question écrite du député allemand (PPE) Andreas Schwab et du député espagnol Ramon Tremosa i Balcells: FR

- Prise de position du BEUC (Bureau européen des Unions de consommateurs): FR

- Le Beuc porte plainte contre Google: FR

- Communiqué de presse du Beuc: FR

- Fiche explicative du BEUC: FR

- Lettre du BEUC à José Manuel Barroso: EN

- Réponse du BEUC aux propositions de mesures correctives: EN 


Classé dans:Droit à l'information, DROITS FONDAMENTAUX

Prix Pulitzer : "The Washington Post" et "The Guardian US" primes. Un prix prestigieux bien mérité.

Posted by EU-Logos on 15/04/14

Les deux journaux sont récompensés le 14 avril à New York par le prix Pulitzer pour avoir publié les révélations d’Edward Snowden, ex-consultant de la NSA. Et les journaux l’ont obtenu dans la catégorie « services publics ». Bien vu par les jurés. Les deux journaux ont rendu un grand service à la démocratie, la liberté, une tâche noble habituellement confiée à l’autorité publique, une autorité publique qui dans cette affaire a été largement défaillante.

Ils se sont faits le Porte-voix des révélations d’Edward Snowden. Le jury Pulitzer, dont la décision était très attendue, a choisi de récompenser les journaux, plutôt que les journalistes auteurs des articles, "pour un exemple distingué de service public méritoire, par un journal ou un site d’information". Des journalistes exceptionnellement méritants et qui ont dû affronter des obstacles de toute nature. Leur personne a été durement mise en cause. C’est à eux que l’on doit tous ces débats et que le statut et la protection des « Whistel blowers » font l’objet de débats dans les Cours souveraines et les Parlements. Toute médaille a son revers, dit-on, et celle-ci fut-elle en or, ne manque pas à la règle du dicton, les revers est que les journalistes ne furent pas nommément distingués. Ils furent directement ou au travers de leur journal auditionné par le Parlement européen. Le rapport Claude Moraes, portant sur la « surveillance de masse », récemment adopté par le Parlement européen, leur doit beaucoup.

Ces révélations, provenant de documents fournis par l’ancien consultant de la NSA, ont embarrassé le gouvernement américain ( et bien d’autres),et tendu les relations avec des pays alliés furieux de découvrir que Washington enregistrait même les conversations privées de certains de leurs dirigeants. Elles ont aussi suscité un vif débat aux États-Unis sur les mérites et la moralité de tels programmes. (cf. Nea say)

Pour en savoir plus

- The Guardian tweet : (EN)

-  Article du Washington post annonçant la victoir: (EN)

- Washington Post: Behind the 2014 Pulitzer Prize: (EN)

- Résolution du Parlement européen sur le programme de surveillance de la NSA: (FR) / (EN)


Classé dans:Droit à l'information, DROITS FONDAMENTAUX, Liberté d'expression

Examen à mi-parcours des travaux de la Task force pour la Méditerranée

Posted by EU-Logos on 15/04/14

Dans le cadre de la réunion de la commission LIBE du 31 mars – 1 avril 2014 Laurent Mushel, directeur Migration et Asile de la DG Affaires Intérieures de la Commission européenne, présente un état des lieux de la Task Force pour la Méditerranée. En attendant le rapport relatif à ce programme d’actions qui sera transmis au Conseil JAI et au Conseil européen de juin 2014. Des questions importantes sont déjà au cœur du débat.

Les travaux de la Task force  comprennent un programme d’actions ciblées mettant en place une approche horizontale complexe qui concerne la surveillance des frontières communes et la gestion des flux migratoires. Il engage les Etats membres, les agences européennes compétentes (EASO, Frontex, Europol, FRA, EMSA) et les pays tiers d’origine et de transit des migrants. Ses objectifs et ses domaines prioritaires d’action ont été établit par la communication que la Commission européenne a rédigée le 4 décembre 2013 en tant que présidente du groupe de travail pour la Méditerranée et qu’elle a transmise au Conseil JAI du 5-6 décembre et au Conseil européen du 19-20 du même mois.

 La création de cette Task Force suivait les événements atroces du 3 octobre 2013 quand un bateau avec environ 500 migrants coulait au large des cotes de Lampedusa et 350 personnes mouraient. Cela a été le chapitre le plus tragique des nombreuses tentatives de franchissements irrégulières des frontières extérieures de l’espace de Schengen. Pour éviter ces tragédies dans l’avenir, mieux gérer les flux migratoires et mieux accomplir les opérations de recherche et sauvetage en mer sont devenues la première priorité. La Task Force prévoit 38 actions parallèles et transversales axées sur 5 domaines complémentaires allant de la coopération avec les pays tiers, au renforcement de la protection régionale, de la réinstallation et des voies légales pour accéder à l’Europe, à la lutte contre le trafic, la contrebande et le crime organisé, au renforcement de la surveillance aux frontières communes,à l’assistance et la solidarité avec les États membres qui font face à une forte pression migratoire.

Dans la première partie de cet article on va résumer l’état des lieux actuel que Laurent Mushel a fournit pour chacun de ces cinq chapitres et dans la deuxième partie on se penchera sur des questions ouvertes qui pourront être les points de départ des travaux du conseil JAI et du Conseil européen du mois de juin à qui sera présenté un rapport plus exhaustif de ce programme d’actions.

    Etat des lieux

 1-Coopération avec les pays tiers.

  • Signature du partenariat de mobilité entre l’UE et la Tunisie (3 mars 2014). Cet accord vise à faciliter la circulation des personnes entre les deux espaces, à garantir une meilleure intégration des ressortissants tunisiens en situation régulière dans l’UE, à renforcer les capacités des autorités tunisiennes d’identification et d’accueil des personnes pouvant bénéficier de la protection internationale, à développer la coopération en matière de lutte contre la traite des êtres humains, à ouvrir la négociation sur l’accord de réadmission des migrants tunisiens irréguliers. L’UE entre le 2008 et le 2013 a conclus des partenariats de mobilité avec le Maroc, la République de Moldavie, le Cap-Vert, la Géorgie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan.
  • Dialogue en cours avec la Jordanie pour signer un partenariat de mobilité
  • Dialogues en cours concernant la migration, la mobilité et la sécurité avec l’Égypte, la Libye l’Algérie.
  • Signature de l’accord de réadmission sur base de réciprocité entre l’UE et la Turquie et ouverture du dialogue sur la libéralisation de l’octroi de visas pour les citoyens turcs entrant dans le territoire d’un Etat membre pour un séjour de courte durée (16 décembre 2013).
  • Négociations en cours avec les pays de l’Afrique orientale relatives à la lutte contre la traite des êtres humaines et la contrebande. Ces négociations sont menées avec la présidence italienne du prochain semestre européen.
  • Mise en place de l’opération Sahara- Med avec le Ministère de l’Intérieur italien. L’opération vise à renforcer les capacités des autorités libyennes de prévenir, détecter et gérer les flux des migrants irréguliers entrant dans ou transitant pour le territoire libyen.
  • Préparation de campagnes d’information sur les risques liés à l’immigration irrégulière à déployer en Nigeria et dans le Corne d’Afrique avec la future présidence italienne et le support de l’UNHCR et de l’IOM

2-Protection régionale, réinstallation et renforcement des voies légales pour accéder à l’Europe

  • Des projets mis en œuvre par l’EASO (Europe Asylum Support Office) pour renforcer les systèmes d’asile en Maroc, Tunisie et Jordanie.
  • Mobilisation de fonds supplémentaires pour la protection régionale en Afrique du Nord.
  • Hausse de financements et augmentation des efforts par les Etats membres pour la réinstallation des réfugiés, notamment des syriens (en 2013 12 000 réfugiés syriens ont été réinstallés par les Etats membres).
  • Des nouvelles voies légales d’entrée accompagnées par un cadre juridique sûr sont offertes par la directive concernant les travailleurs saisonnièrs (déjà approuvée) et celle relative aux conditions d’entrée et de séjour des ressortissants de pays tiers à des fins de recherche, d’études, d’échange d’élèves, de formation rémunérée et non rémunérée, de volontariat et de travail au pair (approuvé par le PE).
  • Lancement du projet de la Commission concernant le traitement hors du territoire européen des demandes d’asile destinées aux Etats membres. Ce projet vise à ne pas exposer les demandeurs d’asile aux risques de franchissements illégaux des frontières.

3-Lutte contre le trafic, la contrebande et le crime organisé

  • Croisement des données relatives aux passeurs et actions cordonnées pour démanteler les réseaux criminels gérant le trafic d’êtres humains, action mise en place par l’Italie, la Grèce, l’Allemagne et la France avec le soutien d’EUROPOL.

4-Renforcement de la surveillance aux frontières pour améliorer la cartographie maritime et contribuer à sauver des vies en Méditerranée

  • 7,9 millions d’euros fixés pour le bilan opérationnel de FRONTEX
  • Appel à FRONTEX pour l’élaboration d’un plan stratégique pour tout le bassin de la Méditerranée.
  • Lancement par les autorités italiennes de l’opération militaire et humanitaire Mare Nostrum (18 octobre 2013). L’opération connaît un déploiement important de navires militaires pour renforcer la surveillance des frontières maritimes et les opérations de recherche et sauvetage en mer.

5-Assistance et solidarité avec les États membres qui font face à une forte pression migratoire

  • Entre octobre 2013 et janvier 2014 14 millions d’euros en tant que financement d’émergence ont été mis à disposition de l’Italie et 13 millions pour les autres Etats membres soumis à forte pression migratoire.
  • Elaboration par l’EASO d’un projet pilot pour le traitement des demandes d’asile.
  • Procédure d’alerte et de gestion des crises codifiée par l’article 33 du règlement 604/2013 établissant les critères et mécanismes de détermination de l’État membre responsable de l’examen d’une demande de protection internationale (entré en vigueur en janvier 2014).
  • Renforcement du système d’asile et des capacités d’accueil et surveillance des frontières en Bulgarie au moyen du support opérationnel et financier des Etats membres, de la Norvège et de l’EASO.

Questions ouvertes

 L’ancrage transnational des réseaux migratoires déclenche des défis inédits aux espaces nationaux. A ces défis l’UE et les Etats membres répondent avec des programmes d’action tels que la Task Force pour la Méditerranée qui renforcent la coopération avec les pays tiers. C’est pourquoi les frontières sont de plus en plus externalisées. Cette expression décrit le fait que la gouvernance des frontières extérieures de l’espace Schengen est désancrée de leur inscription cartographique pour s’étendre avec souplesse hors du territoire européen, voire de son espace juridique. Or, si on gagne en efficacité, on perd en termes de tutelle des droits fondamentaux. On peut renforcer les systèmes de protection internationale dans les pays de l’Afrique du Nord, mais rien ne nous garantit que le principe de non refoulement sera y complètement respecté.

 Une deuxième considération qui vient à l’esprit et qui à été bien exprimée par les eurodéputées des Verts F. Keller et J. Lambert, lors du débat à la commission LIBE, est que la Task Force semble être excessivement axée sur la dimension sécuritaire. En particulier selon F. Keller le renforcement des voies légales d’accès à l’espace européen est la route prioritaire pour lutter contre les réseaux criminels, puisque c’est leur exiguïté qui donne leur raison d’être à ces réseaux.

 Une troisième considération porte sur la contradiction du système commun d’asile montrée par l’eurodéputé du Royaume Unis A.H.W. Brons. C’est ce même dispositif humanitaire de prise en charge des demandeurs d’asile qui se met en marche dans le cadre des opérations de recherche et sauvetage en mer qui fournit des incitations ambiguës aux franchissement irréguliers et périlleux des frontières maritimes.

 Ces questions qu’on vient d’exposer sont celles posées s à la Task Force pour la Méditerranée qui pourront être matière de débat lors de sa discussion au sein du Conseil JAI et du Conseil européen prévus en juin 2014.

 (Alberto Prioli)  

    

En savoir plus :

-        Communication from the European Commission to the European Parliament and the Council on the work of Task Force Mediterranean, Brussels, 4.12.2013 : EN / FR

-        Press release of the 3298th Council meeting Justice and Home Affairs, Brussels, 4.03.2014 : EN

-        Annex II: List of actions- Task Force Mediterranean : EN

-        Conclusions of the European Council of 19/20 December 2013 (point IV) : EN

-        Le rapport de la « Task Force Méditerranée » après le drame de Lampedusa n‘a pas fait recette auprès du dernier Conseil européen (20 décembre ) des chefs d’Etat et de gouvernement, NEA say n. 139 : FR

-        Task-force pour la méditerranée: communication de la Commission européenne, 5 axes et 38 actions proposées, NEA say n. 139 : FR 


Classé dans:Conditions d'accueil des réfugiés, IMMIGRATION

Rapport annuel de mise en œuvre de la politique européenne de voisinage : de l’intérêt d’avoir de bonnes relations avec ses voisins.

Posted by EU-Logos on 15/04/14

Dans le domaine extérieur de l’espace liberté, sécurité et justice, figure une politique bien particulière de l’Union européenne : sa politique européenne de voisinage. Mise en place depuis 2004, elle vise à encourager et développer des relations plus étroites avec les pays voisins de l’Union européenne. Ce partenariat s’inscrit dans un intérêt réciproque puisque l’Union, par cette politique, souhaite instaurer un voisinage prospère, stable et sécurisé, ce qui n’est pas sans conséquence sur sa sécurité intérieure. Actuellement, avec un voisinage de 16 partenaires,(cf.infra la liste des pays) l’Union européenne tente de maintenir ses engagements et de renforcer cette politique, et ce plus particulièrement depuis les récents événements politiques qui ont eu lieu dans ces différents pays.

 L’action de l’Union européenne dans le cadre de la politique européenne de voisinage (ci-après PEV) a plusieurs facettes. Elle recouvre un engagement en matière de promotion des valeurs de l’Union (telles que définies à l’article 2 TUE) que sont la démocratie, le respect des droits de l’homme, l’Etat de droit, la bonne gouvernance. Mais également, ces partenariats recouvrent des dimensions telles que la coopération, le commerce, la politique, l’économie de marché et un contact avec la société civile. Il en va de la cohérence externe de l’Union européenne (article 21§3 TUE). C’est un bilan plutôt mitigé qui ressort du dernier « paquet annuel sur la PEV » en date du 27 mars 2014. Rapport qui consiste en une communication conjointe de la Commission et de la Haute Représentante, de rapports d’activités nationaux concernant l’application de la PEV en 2013, deux rapports régionaux relatifs au partenariat oriental et au partenariat pour la démocratie et une prospérité partagée avec les partenaires du sud de la Méditerranée ; et un rapport avec des indicateurs quantitatifs de progrès vers la réforme.

 En effet, celui-ci met en lumière les améliorations mais également les difficultés rencontrées au cours de l’année 2013, année de crise pour la majeure partie des pays limitrophes de l’Union européenne. Dans ce rapport, il est fait état d’un manque de connaissance de la PEV et plus particulièrement, de l’impact de celle-ci à long terme sur les populations et pays extérieurs à cette politique. Plus encore, le rapport énumère une série de mauvaises pratiques encore présentent dans les pays concernés telles que le manque de réforme concernant l’indépendance du pouvoir judiciaire, la corruption ou les cas de tortures et mauvais traitements. D’autres constats seront développés par la suite dans les articles, pays par pays.

 Mais également, ce rapport appelle à une nouvelle mise en perspective de la politique européenne de voisinage afin d’être plus efficace et cohérente, cette « refonte » devrait permettre à l’Union européenne mais également, à ses Etats membres de pouvoir répondre aux besoins propres à chacun des 16 pays de manière plus spécifique.

 C’est également dans le sens d’une « mise à jour » de la politique européenne de voisinage que le Parlement européen, dans une résolution du 2 avril 2014 sur l’examen à mi parcours du programme de Stockholm, demande une approche plus commune entre les dialogues sur les droits de l’homme et les sous-comités « justice, liberté et sécurité » créés dans le cadre des accords avec les pays tiers, notamment pour les pays de la PEV, afin que cette politique soit plus efficace.

D’une manière générale, malgré une année 2013 rythmée par des crises dans une grande partie des pays «  voisins », tant d’un point de vue politique qu’économique, l’Union européenne n’a pas cédé et a maintenu ses efforts pour mettre en place l’idée de démocratie, de sécurité, de développement durable ainsi que l’importance de la communication avec la société civile.

 Egalement, il est important prendre en considération, la réunion de trois ministres des affaires étrangères, à savoir le ministre allemand, français et polonais du 1er avril 2014. Ceux-ci encouragent l’idée d’une « mise à jour » de la politique européenne de voisinage comme l’avait également préconisé le commissaire à l’élargissement, Stefan Füle. Ceux-ci rappellent que la base de la politique européenne de voisinage est la « construction d’une zone de stabilité, de prospérité partagée et de valeurs communes ». Toutefois, plus que jamais, cette politique se doit d’être mise au goût du jour afin d’être toujours cohérente et efficace face aux nouvelles crises.Il est important que l’Union européenne favorise le dialogue avec tous les acteurs et donc la société civile, plus particulièrement la jeunesse.

 De même, les trois ministres des affaires étrangères suggèrent de renforcer le rôle du Service européen pour l’action extérieure (SEAE) afin de coordonner la mise en œuvre de la PEV et améliorer la capacité de l’Union européenne pour répondre aux crises politiques et socio-économiques. Afin d’aller dans ce sens, ils souhaitent que les fonds alloués à la PEV, soit pour l’année 2013 une somme de 2,56 milliards d’euros et 15,4 milliards pour 2014-2020, et qu’ils soient utilisés de manière plus ciblées et flexible afin de permettre de réagir plus facilement aux crises et donc agir de manière plus stratégique. Egalement, ils insistent sur l’importance d’une différenciation entre chaque pays de la PEVpuisque leur situation est différente les unes des autres, et qu’ils ont des besoins différents.

Cf .articles correspondants aux rapports individuels établis pour chaque pays de la politique européenne de voisinage .

Liste des pays de la politique de voisinage:

  1. Israël
  2. Jordanie
  3. Moldavie
  4. Maroc
  5. L’Autorité Palestinienne
  6. Tunisie
  7. Ukraine
  8. Arménie
  9. Azerbaïdjan
  10. Georgie
  11. Liban
  12. Egypte
  13. Algérie
  14. Belarus
  15. Libye
  16. Syrie

(Audrey Lenne)

Pour en savoir plus :

-        Communication conjointe au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen

          et au Comité des régions : le voisinage à la croisée des chemins: (FR) / (EN)

-        Communique de presse, La politique de voisinage à la croisée des chemins – bilan d’une année de défis : (FR) / (EN)

-        Résolution du Parlement européen sur l’examen à mi parcours du programme de Stockholm : (FR) / (EN)


Classé dans:COOPERATION INTERNATIONALE

Droits de l’enfant: un sujet prioritaire à aborder pendant la campagne électorale. Posez des questions à vos candidats députés !

Posted by EU-Logos on 14/04/14

Un enfant sur quatre vit dans la pauvreté, un sur quatre fait partie des demandeurs d’asile, 250 000 disparitions d’enfants signalées, 15% des victimes identifiées du trafic d’êtres humains. Cela mérite qu’on s’y intéresse, (consultez le dossier Nea say de Eulogos) et que la Commission européenne consulte toutes les parties qui se sentent concernées.

Quelles sont les mesures les plus efficaces pour lutter contre la violence à l’égard des enfants? Quelles sont les principales difficultés auxquelles sont confrontés les systèmes nationaux de protection de l’enfance? Comment l’UE peut-elle soutenir ces systèmes? Les contributions reçues donneront lieu à la rédaction d’orientations visant à informer sur la législation et les politiques de l’UE en rapport avec les systèmes. Grâce à ces contributions, l’UE sera en mesure de clarifier les cas dans lesquels elle pourra aider les systèmes nationaux de protection de l’enfance et exposera les bonnes pratiques en matière de prise en charge des enfants dans les situations tant nationales que transfrontières.

Il est de la responsabilité de l’Union européenne de protéger les personnes les plus vulnérables de notre société. Trois ans après que l’UE a présenté pour la première fois son programme en matière de droits de l’enfant, il est temps de jeter un regard sur ce qui a été fait et de proposer de nouvelles actions. La Commission a adopté des instruments législatifs pour mieux protéger les enfants victimes de la criminalité ou suspects dans le cadre de procédures pénales. A été installé le service téléphonique de signalement de disparitions d’enfants : il fonctionne dans toute l’Europe. Des tuteurs ont été formés et les autorités publiques, en contact étroit avec des mineurs non accompagnés, ont été eux aussi formés. Il est temps désormais de faire de nouveaux progrès en veillant à ce que toutes les politiques nationales et européennes soutiennent des systèmes de protection spécialement adaptés aux enfants et garantissent que toutes les personnes ayant affaire à des enfants – dans l’éducation, la santé, l’aide sociale, la justice, la société civile et la collectivité – coopèrent à la création d’un environnement protecteur pour tous les enfants.

Dans l’UE, les systèmes de protection de l’enfance relèvent principalement de la responsabilité de chaque État membre. Toutefois, l’Union européenne est habilitée à établir des règles communes dans les domaines où les droits de l’enfant sont en jeu, tels que les droits de l’enfant dans les procédures pénales, la libre circulation dans l’UE, l’asile ou le trafic d’êtres humains. L’UE peut également jouer un rôle lorsque la sécurité d’un enfant est l’affaire de plusieurs pays, par exemple lorsqu’un enfant non accompagné se rend d’un pays à un autre ou qu’un enfant disparaît.

Tout en sollicitant les contributions des parties intéressées sur la meilleure façon d’améliorer les systèmes nationaux de protection de l’enfance, à cette occasion, la Commission fait aussi le bilan des progrès réalisés dans le cadre du programme de l’UE en matière de droits de l’enfant adopté en février 2011 . Pour la troisième année consécutive, elle a mené à bien les 11 actions prioritaires dans des domaines tels que la justice adaptée aux enfants, la protection des enfants en situation de vulnérabilité, la protection des enfants face à la violence et la participation des enfants. Grâce à l’action de la Commission, toutes ces mesures sont désormais largement en place (CF. infra « Pour en savoir plus »).

La consultation qui vient d’être lancée sur les systèmes de protection de l’enfance permettra à l’UE de recueillir l’avis des parties intéressées et, d’ici à la fin 2014, de publier des orientations dans ce domaine à l’intention des États membres sur la base des résultats obtenus lors de la mise en œuvre du programme de l’UE en matière de droits de l’enfant. Dans ses orientations, l’Union fera le point sur ses divers instruments en vigueur susceptibles d’avoir une incidence sur la protection des droits de l’enfant et suggèrera aux États membres des moyens de mieux utiliser ou mettre en œuvre ces instruments dans le cadre de leurs systèmes de protection de l’enfance. Une place toute particulière sera donnée à toutes les violences faites aux enfants.

Pour en savoir plus :

- Dossier de Nea say sur les droits de l’enfant: (FR)

- Programme de l’Union du 15 février 2011 en matière du droit des enfants: (FR) / (EN)

- Etat d’avancement du programme de l’Union européenne en matière des droits de l’enfant: (FR) / (EN)

- Consultation publique sur les orientations pour les systèmes de protection de l’enfance:  (EN)

- Les droits de l’enfant dans l’UE: (FR) / (EN)

- 7e et 8e forums européens pour les droits de l’enfant concernant les systèmes de protection de l’enfance: (FR) / (EN)

- European Forum on the Rights of th child, Brussels, 17-18 December 2013: (FR) / (EN)


Classé dans:Droits de l'enfant, DROITS FONDAMENTAUX

Editorial n° 143 de NEA say

Posted by EU-Logos on 14/04/14

La réponse à cette question s’impose au calendrier du « post-stockholm » puisque nous atteignons la mi-parcours et le prochain sommet du mois de juin se profile déjà dans son immédiate priorité (cf. autre article dans le présent numéro). Peut-on se contenter comme seul viatique de la déclaration du récent sommet Union Européenne- Afrique ? « Le respect des droits de l’homme fondamentaux des migrants, indépendamment de leur statut juridique, constitue une question transversale de notre coopération » Allons-nous une fois de plus préférer les intentions aux faits.

Les faits sont connus, certains vient d’être rappelés en conclusion de l’article consacré à ce même sommet qui a réuni Afrique et Europe pour la quatrième fois, ces faits ce sont ces lourds et persistants handicaps. La politique migratoire de l’UE reste trop lourdement handicapée par des difficultés qui vont croissantes : difficultés économiques, difficultés à maîtriser les flux migratoires aux frontières, dans un contexte vécu de façon anxiogène, la mondialisation, les élargissements successifs mal gérés, les craintes d’attaques terroristes, le vieillissement démographique. Les politiques migratoires de l’UE restent axées pour l’essentiel sur le contrôle des frontières extérieures, la lutte contre l’immigration irrégulière, l’accueil des demandeurs d’asile, la régulation de l’immigration légale et l’intégration des migrants. A cela s’ajoutent la domination des Etats membres soucieux avant tout de décider souverainement de qui peut entrer et séjourner sur leur territoire, une extrême diversité des politiques et pratiques nationales, des pays qui se sentent diversement concernés par les phénomènes migratoires et enfin une solidarité entre Etats membres qui trouve rapidement ses limites. Enfin des oppositions fortes de nature culturelle qu’on ne peut cacher ou minorer.

Les intentions sont immuables : nous ne pouvons pas tolérer, où que ce soit, que certains soient privés de leurs droits et persécutés en raison de leurs origine, de leur orientation sexuelle, de leur religion, de leur conviction. Un engagement à combattre toutes les formes de discrimination, de racisme, de xénophobie et tous les actes d’intolérance. Il y a encore trop d’hommes et de femmes dans le monde qui doivent se battre pour leur dignité et leurs libertés. Trop de minorités sont méprisées, trop de droits sont déniés. En Afrique comme en Europe comme ailleurs dans le monde.

Mais que faire ?

Combien serait plus forte l’Europe si elle parvenait à surmonter ses interminables querelles intestines et excessives sur l’immigration ! Tout débat sur l’immigration concentre, amplifie les angoisses, les expressions de mauvaise fois, les instrumentalisations politiciennes ou électoralistes où tout est confondu par exemple immigration et droit d’asile (qui lui concerne relativement peu de monde et est solidement encadré par le droit européen et international), sans parler du « tout sécuritaire » et du fonctionnement de la Justice.

L’immigration serait-elle un droit absolu, une chance pour nous, une nécessité pour des raisons démographiques et économiques, voire même bénéfiques en dissolvant des identités trop marquées, les nôtres. Déconstruire les sociétés occidentales va-t-on jusqu’à prôner. Irréalisme de ceux qui n’ont pas encore intégré la réalité du monde, une thèse, un combat de principe, sans nuances, sans chiffres ou estimations évaluant la faisabilité du projet. Un projet à l’opposé de la célèbre formule de Michel Rocard qu’il faut citer dans son intégralité : « la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde, mais elle doit en prendre toute sa part ».

L’immigration n’est ni un cauchemar, ni une obligation morale ou une panacée démographique, mais des réalités qui vont perdurer. Il est temps de mettre fin au monopole du discours des deux extrêmes. Qu’est-ce qui empêcherait les européens de s’entendre sur des questions concrètes telles que le nombre d’immigrants légaux autorisés ?et pour quel métier ? sur un seuil de l’immigration légale selon une évaluation des besoins, et faisant l’objet d’une négociation ou d’une concertation avec les pays de départ ou de transit ? Les éléments d’une telle politique préexistent, avec la signature des premiers partenariats pour la mobilité ( Maroc, Tunisie) ,nous assistons à un début de sa mise en œuvre.

Les pays de départ souhaitent, on l’oublie trop souvent, se développer recevoir des investissements employer chez eux les talents et la force de travail de ces migrants. Hubert Védrine, longtemps très proche collaborateur du Président François Mitterrand et ancien Ministre des affaires étrangères, dans son récent livre « La France au défi » se fait le porte- parole de cette approche : on ne peut persister dans ces conduites exacerbées et tétanisant ou bien au contraire choisir une démarche rationnelle qui dédramatise les problèmes. Hubert Védrine cite le sociologue Jean-Pierre Le Goff analyste de cet affrontement qui envahit tout le paysage économique, social, politique ; relationnel : « C’est une opposition sommaire qui s’est mise en place, enfermant le débat dans un faux choix entre un repli nationaliste et xénophobe et une ouverture culturelle qui tend à se représenter le monde comme une vaste société que la morale, les droits de l’homme et l’écologie suffiraient à réguler. La question de l’immigration n’échappe pas à cette représentation angélique qui dénie la spécificité de notre culture et de notre modèle d’intégration ».

 Un consensus devrait malgré tout être rechercher, il faut en sortir….sortir de cet affrontement stérile.


Classé dans:IMMIGRATION, Politique d'intégration

EU-Logos rss

Un lieu d'expression et d'échanges pour suivre l'évolution de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice européen more.



Advertisement