Lutte contre la pauvreté ou aide aux plus démunis : Bruxelles veut consacrer 2,5 milliards d’euros à la lutte contre la pauvreté. 116 millions de personnes menacées de pauvreté

Posted by EU-Logos on 26/10/12

 

La Commission européenne a proposé mercredi 24 octobre la création d’un fonds d’aide pour les millions d’Européens pauvres au sein de l’Union, qui serait doté de quelque 2,5 milliards d’euros jusqu’en 2020. Ce fonds, proposé dans le cadre du projet de budget pluriannuel pour la période 2014-2020, en cours de négociation, doit être approuvé par les Etats membres et par le Parlement européen. Il permettrait de fournir une aide alimentaire aux plus pauvres, mais aussi des vêtements et des biens de première nécessité aux sans-abri et aux enfants dans les situations de « privation matérielle ». Dans le cadre de programmes nationaux, le fonds supporterait 85 % du coût de l’aide, et les Etats membres prendraient en charge 15 %. Il s’agit donc plus d’une aide aux plus démunis qu’à proprement parler un instrument de lutte contre la pauvreté qui aiderait les personnes à sortir de la pauvreté.

 

« Nous avons besoin, au niveau européen, de nouveaux mécanismes de solidarité et de ressources appropriées pour aider les personnes défavorisées et les pauvres qui, souvent, vivent dans une situation de réelle urgence sociale », a expliqué le président de la commission, José Manuel Barroso.

 

Le nouveau fonds devrait faire partie des fonds de cohésion, une des deux grandes enveloppes du budget européen avec la politique agricole commune (PAC). L’aide alimentaire européenne est actuellement intégrée au budget de la PAC. Or, selon une décision de la justice européenne, elle n’est plus en conformité avec la loi européenne et il faut la réformer avant fin 2013. (Cf. Nea say pour l’historique du dossier)

 

Certains Etats comme l’Allemagne, la Suède ou le Royaume-Uni étaient opposés à l’idée même d’une aide alimentaire de solidarité européenne, considérant que ce type de programme devait être géré au niveau national. Un compromis négocié entre l’ancien gouvernement français et l’Allemagne avait permis à titre transitoire le maintien du programme en 2012 et 2013. Mais en échange de son feu vert à cette solution transitoire, Berlin avait réclamé la fin du programme à compter de 2014.A cette occasion le président de la Commission , José Manuel Barroso, Dacian Ciolos, commissaire à l’Agriculture et le président Nicolas Sarkozy se sont battus farouchement en toutes circonstances pour que le programme soit prolongé avec l’appui du Parlement européen et son intergroupe lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale

 

La part de la population de l’Union n’ayant pas les moyens de s’offrir un repas avec viande, volaille ou poisson (ou l’équivalent végétarien) un jour sur deux s’élevait à 8,7 % en 2010, soit plus de 43 millions de personnes, et les premiers chiffres disponibles pour 2011 indiquent une détérioration de la situation.

 

Au sein de l’UE, quelque 40 millions souffrent de « privation matérielle aiguë », c’est-à-dire dans l’impossibilité d’accéder à une quantité suffisante de denrées alimentaires de qualité appropriée. Quelque 116 millions de personnes sont menacées de pauvreté ou d’exclusion sociale. Selon des estimations, 4,1 millions de personnes étaient sans-abri en Europe en 2009-2010. Ce phénomène a augmenté récemment en raison de l’impact social de la crise économique et financière et de la hausse du chômage. Plus inquiétant encore, des familles avec enfants, les jeunes et les personnes issues de l’immigration sont de plus en plus nombreux parmi les sans-abri.

En effet les enfants et les sans-abri sont les plus particulièrement visés par le programme : le sans-abrisme est une forme particulièrement grave de privation matérielle, dont l’ampleur est difficile à quantifier. Toutefois, selon des estimations, 4,1 millions de personnes étaient sans-abri en Europe en 2009-2010. Le sans-abrisme a augmenté récemment en raison de l’impact social de la crise économique et financière et de la hausse du chômage. Plus inquiétant encore est le fait que les familles avec enfants, les jeunes et les personnes issues de l’immigration sont de plus en plus nombreux parmi les sans-abri. L’Union compte 25,4 millions d’enfants menacés de pauvreté ou d’exclusion sociale. D’une manière générale, les enfants courent un risque accru de pauvreté ou d’exclusion sociale par rapport au reste de la population (27 % contre 23 %), ce qui les expose à une privation matérielle qui va au-delà de la malnutrition. Ainsi, 5,7 millions d’enfants n’ont pas les moyens de porter des vêtements neufs et 4,7 millions n’ont pas deux paires de chaussures de la pointure appropriée (y compris une paire de chaussures toutes saisons). La probabilité que les enfants qui souffrent de privation matérielle soient en échec scolaire, soient en mauvaise santé et ne réalisent pas tout leur potentiel en tant qu’adultes est plus élevée que chez leurs camarades plus aisés.

 

 

Modalités pratiques

Les dispositions relatives au Fonds prévoient que les États membres introduisent une demande pour le cofinancement de programmes opérationnels couvrant la période 2014-2020, à l’appui de dispositifs destinés à fournir, par l’intermédiaire d’organisations partenaires, des aliments aux plus démunis ainsi que des vêtements et d’autres biens essentiels (comme des chaussures, du savon ou du shampoing) aux sans-abri et aux enfants souffrant de privation matérielle. Le Fonds proposé donnerait beaucoup de souplesse aux autorités des États membres pour la planification et la fourniture de l’assistance dans le cadre de leurs dispositifs nationaux. Les critères détaillés pour l’octroi de l’aide seraient fixés par les États membres, voire les organisations partenaires, ceux-ci étant les mieux placés pour adapter l’aide aux besoins locaux. Les organisations partenaires, souvent non gouvernementales, seraient chargées de distribuer les denrées alimentaires et les biens aux plus démunis. Pour atteindre les objectifs du Fonds en matière de cohésion sociale, les organisations partenaires devraient non seulement apporter une assistance matérielle aux plus démunis, mais également réaliser des activités de base pour l’intégration sociale de ceux-ci. Ces mesures d’accompagnement pourraient également être cofinancées par le Fonds. Les autorités nationales pourraient recourir au Fonds pour acheter des aliments ou des biens et les mettre à la disposition des organisations partenaires, ou apporter à celles-ci les financements nécessaires pour ce faire. La proposition prévoit également la possibilité d’utiliser, s’il en existe, les denrées alimentaires des stocks d’intervention.

 

Contexte général :

En vertu de la stratégie Europe 2020, l’UE doit réduire d’au moins 20 millions le nombre de personnes en situation ou menacées de pauvreté.(Dossier Nea say sur la stratégie 2020 http://www.eu-logos.org/eu-logos-nea-recherche.php?q=strategie+2020&Submit=%3E

et article de Anna Cuomo dans le présent N°126 « la stratégie 2020, deux ans après sa création »)

 

Rappel : le principal instrument de l’Union pour favoriser l’employabilité, lutter contre la pauvreté et promouvoir l’inclusion sociale est et restera le Fonds social européen (FSE). Ce fonds structurel investit directement dans les compétences des personnes, qu’il vise à valoriser sur le marché du travail. Cependant, certains des citoyens les plus vulnérables en situation d’extrême pauvreté sont trop éloignés du marché du travail pour bénéficier des mesures d’inclusion sociale du FSE.

 

Le programme européen de distribution de denrées alimentaires aux personnes les plus démunies (PEAD) est, depuis 1987, une source importante d’approvisionnement pour les organisations qui travaillent en contact direct avec les personnes les plus défavorisées, à qui elles fournissent des produits alimentaires. Il distribue actuellement quelque 500 000 tonnes de denrées par an au bénéfice de ces personnes. Il a été créé pour utiliser au mieux les surplus d’une production agricole alors excédentaire. En raison de l’épuisement attendu des stocks d’intervention, ainsi que de leur grande imprévisibilité sur la période 2011-2020 du fait des réformes successives de la politique agricole commune, un terme sera mis au PEAD à la fin de 2013. Le Fonds européen d’aide aux plus démunis proposé vise à remplacer le PEAD, et à apporter des améliorations par rapport à celui-ci.

 

       -.Site du programme d’aide alimentaire aux plus démunis (PEAD) (nombreux documents d’information http://ec.europa.eu/agriculture/most-deprived-persons/index_fr.htm

 

      -. Aide Mémoire de la Commission européenne

http://europa.eu/rapid/press-release_MEMO-12-800_en.htm

 

      -. Site du Fonds social européen (FR) http://ec.europa.eu/esf/home.jsp?langId=fr

 (EN) http://ec.europa.eu/esf/home.jsp?langId=en

   

      -. Communiqué de presse du réseau européen anti-pauvreté (EAPN) (FR) http://www.eapn.eu/fr/nouvelles-publications/autres/communiques-de-presse/les-etats-membres-ont-le-devoir-de-soutenir-les-plus-demunis (EN) http://www.eapn.eu/en/news-and-publications/press-room/eapn-press-releases/member-states-urged-to-support-the-most-deprived-in-europe

 

      -. Proposition de Règlement du Parlement européen et du Conseil relatif au Fonds européen d’aide aux plus démunis (com /2012 / 617 final) (FR) http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=COM:2012:0617:FIN:FR:PDF

 (EN) http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=COM:2012:0617:FIN:EN:PDF

 

 


Classé dans:Dignité humaine, DROITS FONDAMENTAUX

One Response to Lutte contre la pauvreté ou aide aux plus démunis : Bruxelles veut consacrer 2,5 milliards d’euros à la lutte contre la pauvreté. 116 millions de personnes menacées de pauvreté »»

  1. Comment by RABOUIN Emmanuelle | 2012/10/31 at 08:43:22

    Bonjour,

    Notre organisation, l’Union des Locataires Marollienne asbl, existe depuis 20 ans et est agréée par la Région de Bruxelles-capitale dans le cadre d’un programme pluriannuel d’”insertion par le logement”. L’ULM accompagne un groupe de 160 personnes, dont 70 enfants, sans revenus et anciennement sans abri, dans l’occupation précaire d’un bâtiment, l’ancien couvent du Gesù à 1210 Bruxelles.
    Nous avons besoin d’aide pour fournir des biens de première nécessité mais également pour mettre sur pied une organisation pour aider ces personnes à trouver du travail, seul moyen de s’en sortir.Cela va de la formation à des ateliers et l’accès à des systèmes de titres-services etc

    Voici les détails de la demande:

    Notre association accompagne un groupe de familles (160 personnes dont 70 enfants) qui occupent depuis 2 ans et demi l’ancien couvent du Gesù à 1210 Bruxelles (2, rue Traversière) avec l’autorisation du propriétaire.

    Diverses nationalités, catégories d’âge et de métiers se côtoient au Gesù. Seule une minorité des habitants a un travail, une aide du CPAS, une Aide Médicale Urgente. La plupart d’entre eux ne bénéficie d’aucun revenu. Des besoins fondamentaux doivent ainsi être assurés :

    - Aide alimentaire, médicaments, aides sociales ponctuelles, produits d’hygiène…
    - Maintenance du bâtiment (réparations, entretien, coordination des travaux,…)
    - Sécurisation (réceptionniste à l’entrée jour et nuit)
    - Accompagnement social des habitants (renforcer l’équipe actuelle qui ne se compose que de 2 travailleurs sociaux à mi-temps)
    - Repas scolaires, fournitures pour l’école, frais scolaires divers.
    - Animations (organisation d’activités favorisant la cohabitation et la solidarité)
    - Payement des charges (eau, gaz, électricité).

    Le but est également d’aider les occupants à sortir d’un processus de pauvreté, donc les accompagner dans un processus d’intégration, d’insertion socioprofessionnelle. C’est pourquoi nous cherchons également des fonds pour :

    - Aménager des locaux : achats de chaises, tables, de matériel didactique afin que des formations puissent s’y dispenser par les travailleurs de l’ULM ou en partenariat avec d’autres associations ou institutions ;
    - Organiser des ateliers emploi en partenariat avec Actiris, le CPAS (article 60) etc. ;
    - Organiser des ateliers santé en partenariat avec la Maison Médicale « Botanique », les étudiants en dentisterie de l’UCL, Médecin du Monde, etc ;
    - Organiser des cours d’alphabétisation et de français/néerlandais ;
    - Impliquer les occupants dans les réparations et l’entretien du bâtiment.

    Nous espérons faire de ce projet un projet-pilote car il constitue une réponse originale et relativement peu onéreuse au problème du sans-abrisme, des maisons vides, de l’accueil des demandeurs d’asile, etc à Bruxelles. Il vise également à créer des liens de solidarité entre différentes catégories de personnes.

    Pour l’ULM,
    Jacques VAN DER BIEST,
    Président

    Conctact: Emmanuelle RABOUIN
    00/32/2/486.90.81.64


Leave a Reply »»

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture.
Anti-Spam Image

EU-Logos rss

Un lieu d'expression et d'échanges pour suivre l'évolution de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice européen more.



Advertisement