Un premier service de l’emploi transfrontalier après l’accord entre la France et l’Allemagne ? Non ! La Commission européenne a mis en place, il y a 20 ans, le service Eures !

Posted by EU-Logos on 26/02/13

Le ministre français du travail, Michel Sapin et son homologue allemande, Ursula von der Leyen, ont signé à Strasbourg un « accord de coopération pour le placement des demandeurs d’emplois »  qui ouvre la voie à un marché commun de l’emploi dans les régions frontalières. Une démarche concrétisée par l’inauguration à Kehl, ville allemande voisine de Strasbourg, d’un premier « Service de placement transfrontalier qui ouvre la voie à un marché commun de l’emploi dans les régions frontalières.

Dans les locaux de l’Agentur für Arbeit (l’Agence pour l’emploi), située à deux pas de la frontière, deux employés allemands et deux agents français de Pôle emploi travailleront côte à côte pour orienter des chômeurs majoritairement français vers des emplois majoritairement allemands.Selon les statistiques données par les deux pays, 53.000 Alsaciens et Lorrains travaillent dans les Länder allemands voisins de Sarre, de Rhénanie-Palatinat et du Bade-Wurtemberg, tandis que seulement 1.500 Allemands franchissent quotidiennement la frontière dans l’autre sens.

Le taux de chômage était de 7,4% en Allemagne au mois de janvier quand il atteignait 10,3% en France au 3e trimestre 2012, 9,9% pour la France métropolitaine. La comparaison est encore plus contrastée si l’on compare la situation de quasi-plein emploi du Bade-Wurtemberg – 4,3% de chômeurs – avec celle de l’Alsace, sa voisine, dont le taux de chômage monte à 8,9% en dépit du travail frontalier.

C’est un seul et même espace de vie. On trouve des emplois d’un côté, on trouve de la formation de l’autre. Ça peut changer demain, ça peut évoluer. Il faut de la mobilité. C’est cette mobilité qui est normale entre deux pays comme les nôtres et qui doit être mise en œuvre », a commenté le ministre français. L’accord signé entre les deux Etats avait été annoncé le 22 janvier à Berlin lors du sommet franco-allemand marquant le cinquantième anniversaire du Traité de l’Elysée.

Tout a commencé en 1989  et en 1993, la Commission a pris la  Décision (93/569/CEE) et a nommé le réseau :EURES, afin de faciliter la circulation des travailleurs à travers l’espace économique européen. Au-delà des 27  Etats membre,  l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse ont rejoint le dispositif. EURES est maintenant une structure qui comprend 31 pays, 455 conseillers à l’emploi à travers l’Europe et 100 conseillers appartenant aux organisations syndicales et patronales, aux pouvoirs publics locaux et aux institutions nationales, 30 068 employeurs sont enregistrés, 1 066 371 CV enregistrés, 1 544 340 offres d’emploi affichées.

EURES dispose d’un important portail multilingue sur internet, le chercheur d’emploi y choisit sa langue et peut ensuite créer son espace et y déposer son CV.Il peut aussi rechercher un travail à partir des bases de données d’offres d’emploi à pourvoir dans l’espace économique européen. Les employeurs qui recherchent des compétences transeuropéennes peuvent, après s’être inscrits, parcourir de nombreux CV de candidats à la mobilité. Par ailleurs, EURES dispose d’un volet « Education et Formation », consacré aux différents dispositifs de formations possibles dans toute l’Europe, notamment à la formation tout au long de la vie, sur la base des renseignements fournis proviennent de PLOTEUS.

Toute l’année et dans toute l’Europe, EURES organise des « journées européennes de l’emploi », salons qui incitent les demandeurs d’emploi à la mobilité, à la fois sur place et sur internet. La plus importante des journées européennes (« Jobdays ») se déroule chaque année à Bruxelles en octobre et attire des milliers de demandeurs d’emploi. A l’automne dernier, 4000 personnes s’y sont rendues  et plus de 11 600 y ont participé via le site internet d’EURES. (Cf. infra « Pour en savoir plus »)

Le portail EURES va bientôt fêter ses 20 ans mais malgré le nombre de demandeurs d’emploi inscrits sur le site, peu voient aboutir leur projet de travail dans un autre pays européen. La Commission européenne a donc décidé  d’améliorer ce réseau européen pour l’emploi et de développer une meilleure mise en relation des demandeurs d’emploi et des employeurs à la recherche de compétences particulières. Le travail transeuropéen deviendra-t-il d’actualité en raison des écarts importants d’un Etat membre à l’autre (20% entre les extrêmes)? Les chômeurs mettront-ils à profit EURES ?

 

 Pour en savoir plus :

 

      -. Portail multilingue de EURES http://ec.europa.eu/eures/

      -. Sources d’information sur le chômage dans les pays européen: EUROSTAT

 http://ec.europa.eu/eures/main.jsp?catId=27&acro=eures&lang=fr

 http://ec.europa.eu/eures/main.jsp?lang=fr&acro=news&catId=20&parentId=0&function=focusOn&focusOnId=9879&fromHome=Y

http://www.2e2f.fr/europass-eures.php , le 02/12/2012

http://www.touteleurope.eu/fr/actions/energie-environnement/l-europe-et-l-environnement/actualite/actualites-vue-detaillee/afficher/fiche/6152/t/44187/from/2372/breve/leurope-et-vous-laide-a-la-mobilite-des-chomeurs-lextension-des-espaces-naturels-proteges-et-l.html?cHash=6b1eb5ba25

 http://www.touteleurope.eu/fr/actions/social/emploi-protection-sociale/presentation/comparatif-le-taux-de-chomage-dans-l-ue.html

  http://europeanjobdays.eu/brussels/fr/content/european-job-day-brussels-attracts-crowds  

 


Classé dans:LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES, Questions institutionnelles

Leave a Reply »»

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture.
Anti-Spam Image

EU-Logos rss

Un lieu d'expression et d'échanges pour suivre l'évolution de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice européen more.



Advertisement