Le rapport de la « Task Force Méditerranée » après le drame de Lampedusa n‘a pas fait recette auprès du dernier Conseil européen (20 décembre ) des chefs d’Etat et de gouvernement.

Posted by EU-Logos on 26/12/13

Peu d’avancées concrètes et encore moins de décisions lors du dernier sommet de l’année (20 décembre) suite à la  communication de la Commission européenne (cf. l’article  dans Nea say de Cesar Tanda) « accueillie avec satisfaction » :le rapport de la « Task Force Méditerranée » avec ses 5 axes  et ses 38 actions n’a pas mobilisé les chefs d’Etat et de gouvernement. L’émotion est retombée et  il reste urgent d’attendre… attendre le prochain sommet de juin 2014. Le drame du 3 octobre avait provoqué, faut-il  le rappeler ,la mort de 360 migrants.Les trois petits paragraphes des conclusions du sommet ont repris les mêmes idées avancées depuis plusieurs semaines et celles du Conseil Justice et Affaires intérieurs transmises au Conseil européen : priorité consacrée à la coopération avec les pays tiers afin d’empêcher le départ des migrants, aux programmes de protection régionaux et aux partenariats pour la mobilité ainsi qu’à une politique efficace en matière de retour de retour .

Le Conseil souligne aussi l’importance qu’il attache à la réinstallation des personnes dans le besoin,  point traditionnellement faible des actions de pays de l’UE, sans pour autant s’engager dans des actions concrètes allant dans ce sens. Le Conseil attache de l’importance à la contribution aux efforts déployés au niveau mondial dans ce domaine. Il est difficile de faire moins.

Pour le reste Le conseil souhaite une mobilisation de tous les efforts pour mettre en œuvre les mesures proposées par la communication et selon un calendrier clairement défini, ce qui ne veut pas dire que la Conseil mettra en œuvre toutes les actions  (ou une majorité). Certains pays ont déjà manifesté leur claire opposition et publiquement  à certaines d’entre elles, prochaines élections  au Parlement européen obligent….parmi celles-ci, la possibilité de délivrer des « visas humanitaires » à des personnes dans le besoin dans les pays tiers, tout cela dans la crainte d’envoyer un mauvais signal aux migrants en créant, un appel d’air, mystérieux « appel d’air », véritable épouvantail agité opportunément et régulièrement par  certains pays membres mis en difficulté dans les débats au sein du Conseil.

Le Conseil préconise aussi un renforcement des opérations de surveillance des frontières menées par Frontex et des actions visant à lutter contre le trafic des migrants et la traite des êtres humains ainsi qu’une solidarité appropriées à l’égard de tous les Etats membres soumis à une forte pression migratoires. Autant de redites visant à s’exonérer d’efforts et à se donner bonne conscience sur le dos des autres

Le Conseil européen invite le Conseil à assurer un suivi régulier de la mise en œuvre de ces mesures. Il reviendra sur la question de l’asile et des migrations dans une perspective plus large et à plus long terme lors de sa réunion de juin 2024, lors de laquelle « des orientations stratégiques concernant la poursuite de la planification législative et opérationnelle au sein de l’espace de liberté, de sécurité et de justice » seront définies ». En prévision de cette réunion la Commission est invitée à rendre compte au Conseil de la mise en œuvre des mesures présentées dans la communication.

Bien décevant… qui laisse sans voix, en tout cas pas celle de l’Italie qui, en première ligne des flux migratoires, s’est dit d’accord sur les lignes d’action définies par la Commission. L’Italie assurera la présidence du Conseil européen il lui appartiendra d’assurer le suivi du Conseil du mois de juin en lui donnant l’impulsion qui convient. Les conclusions sont tirées par Human  Rights Watch qui dans un communiqué déplore, comme d’autres ONG, l’approche purement sécuritaire et surtout qu’aucun élément nouveau n’a été apporté pour garantir que les migrants en détresse seront effectivement secourus et ramené en lieu sûr, car c’est bien là l’objectif essentiel du court terme après la régédie de Lampedusa.

Pour en savoir plus :

Conclusions du Conseil européen 19-20 décembre 2013 (FR) http://www.consilium.europa.eu/uedocs/cms_Data/docs/pressdata/fr/ec/140267.pdf

 


Classé dans:Conditions d'accueil des réfugiés, DROITS FONDAMENTAUX

Leave a Reply »»

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture.
Anti-Spam Image

EU-Logos rss

Un lieu d'expression et d'échanges pour suivre l'évolution de l'Espace de liberté, de sécurité et de justice européen more.



Advertisement