EU-Logos

Après la Cour européenne des droits de l’homme, c’est au tour du tribunal correctionnel de Liège. Le mercredi 25 novembre, le tribunal correctionnel de Liège a condamné le polémiste Dieudonné à 2 mois d’emprisonnement et 9000€ d’amende pour avoir tenu des propos discriminatoires, antisémites, révisionnistes et négationnistes lors d’un spectacle à Herstal en mars 2012. Le Centre Interfédéral pour l’Egalité des chances s’était constitué partie civile, de même que le CCOJB et le Foyer culturel juif de Liège.

« Le Centre défend une liberté d’expression la plus large possible« , explique son directeur Patrick Charlier. « Nous disons oui à l’humour même lorsqu’il dérange, oui à l’humour décalé, oui à l’impertinence. Nous nous opposons aussi à toute censure préalable. La loi Antiracisme n’a pas pour objectif de limiter la liberté d’expression, mais bien de la préserver, en empêchant qu’elle ne soit détournée et utilisée à des fins de propagande haineuse. Dieudonné n’a pas juste dérapé. Il a déguisé un discours antisémite en spectacle soi-disant humoristique. C’est ce que nous voulions dénoncer en nous constituant partie civile. »

Le juge a estimé que le spectacle était de nature à inciter à la haine et qu’on ne pouvait donc plus le qualifier d’acte humoristique. Il a ajouté qu’il portait aussi atteinte à la dignité des personnes handicapées et homosexuelles (deux autres critères protégés par la loi Anti-discrimination). Il a dès lors assorti la condamnation d’une peine accessoire, à savoir la publication de l’intégralité du jugement dans deux quotidiens, afin de porter réparation à toutes les personnes visées par ses propos.

Pour rappel, tout récemment Dieudonné a déjà été débouté par la Cour européenne des droits de l’Homme dans un autre dossier judiciaire. La Cour a appliqué l’article 17 (abus de droit) de la Convention européenne des droits de l’homme, ce qui est assez rare. En d’autres termes, elle a considéré que Dieudonné abusait de son droit à la liberté d’expression pour porter atteinte aux droits et libertés reconnus par la Convention. Elle a ainsi clairement fait entendre qu’elle ne protégerait pas les spectacles négationnistes et antisémites.

Henri-Pierre Legros

 

Pour en savoir plus

-. Communiqué du Centre Interfédéral pour l’Egalité des chances http://www.diversite.be/node/37457

-. “Liberté d’expression et discours de haine tout n’est pas permis au nom de la liberté d’expression article” de Nea say- Eulogos N° 162 sur le jugement de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) http://www.diversite.be/node/37457

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn1
Author :
Print