EU-Logos

« Si une Europe, pacifique, libérale, pluraliste et adepte du libre-marché commence à douter, à remettre en question les progrès réalisés au cours des dernières décennies, alors nous ne pouvons pas nous attendre à ce que les progrès dans le monde se poursuivent ».

« Elle est du bon coté de l’histoire, guidée par à la fois des intérêts et des valeurs , elle incarne des principes qui rassemblent les gens plutôt qu’ils ne les divisent ». Qui est ce « elle ». C’est évidemment l’Union européenne mais ce sont aussi les termes qu’utilise Obama pour s’adresser à Angela Merkel, un hommage incomparable , inédit et de ce fait émouvant, que choisit un chef d’Etat étranger en fonction pour parler à un chef de gouvernement étranger en fonction. En trois mots sont définis les critères d’appréciation possible de toute politique européenne : être du bon côté de l’histoire, être guidé par les intérêts et les valeurs, rassembler les gens plutôt que les diviser. Cet « adress to the people of Europe » est un glorieux mélange de ce qu’il y a eu de meilleur chez un WS Churchill, Ch de Gaulle ,JF Kennedy.

« Ce dont le monde a le plus besoin ce n’est pas de murs supplémentaires

« Je suis venu ici aujourd’hui, au cœur de l’Europe, pour dire que les États-Unis, et le monde entier, ont besoin d’une Europe forte et prospère et démocratique et unie » Le discours qu’a prononcé Barack Obama, à Hanovre le 25 avril, a été un vibrant plaidoyer en faveur de l’Europe

Si l’Europe commence à douter alors …« Si une Europe, pacifique, libérale, pluraliste et adepte du libre-marché commence à douter, à remettre en question les progrès réalisés au cours des dernières décennies, alors nous ne pouvons pas nous attendre à ce que les progrès dans le monde se poursuivent ». C’est l’hommage d’un étranger à une des plus grandes réalisations politiques. « Peut-être avez-vous besoin d’un étranger, quelqu’un qui n’est pas Européen, pour vous rappeler l’ampleur de ce que vous avez réalisé ». « Votre réalisation – plus de 500 millions de personnes parlant 24 langues dans 28 pays, 19 avec une monnaie commune – reste l’une des plus grandes réalisations politiques et économiques des temps modernes. »

La tournée du président américain en Europe avait tout l’art d’un voyage réparateur et tardif diront certains. A Londres, Obama est venu rappeler aux Britanniques combien ils avaient intérêt à rester en Europe et, par là-même, prêter main forte à un Cameron à la peine pour convaincre ses compatriotes de refuser le Brexit. A Hanovre, il est venu au secours d’une chancelière Merkel malmenée par les évènements de la crise migratoire, pour dire que « une poignée de pays ne doit pas supporter tout le fardeau de la réinstallation des réfugiés. Nous avons tous à partager cette responsabilité » affirmant que les Etats-Unis étaient prêts à prendre leur part de cet accueil. Enfin, il a aussi rassuré les Italiens, les polonais et autres sur le rôle des Etats-Unis et de l’OTAN dans la partie sud de la Méditerranée comme sur la frontière de l’est..

Barack Obama n’a pas, pour autant, nié les difficultés. « L’unité européenne peut exiger un compromis frustrant. Elle ajoute des couches de gouvernement qui peuvent ralentir la prise de décision. Je comprends. Je suis allé à des réunions avec la Commission européenne. Et, comme un Américain, nous (pouvons) être dédaigneux du gouvernement. Nous comprenons à quel point il est facile de venir à Bruxelles et de se plaindre. » Mais « rappelez-vous que chaque membre de votre union est une démocratie. Cela n’est pas un accident. Rappelez-vous qu’aucun pays de l’UE n’a utilisé des armes contre un autre. Ce n’est pas un accident. »

Améliorer le fonctionnement de l’Europe

« Il n’y a pas de doute (également) que la façon dont l’Europe unie travaille ensemble peut être améliorée » a expliqué le chef du gouvernement américain. Mais « regardez dans le monde – où des gouvernements autoritaires et des théocraties règnent par la peur et l’oppression – il ne fait aucun doute que la démocratie est encore la forme la plus juste et efficace de gouvernement jamais créé ». Quant à l’accueil et l’intégration des étrangers, il rend « nos pays plus forts, plus sûrs et plus efficaces lorsque nous accueillons et intégrons des personnes de tous horizons et de toutes les religionss. Et cela inclut nos concitoyens qui sont musulmans ».

Il a donc fallu que ce soit un président américain qui vienne le dire aux Européens : redressez la tête, soyez fiers de vous-mêmes, de vos valeurs, de votre passé, assumez votre rôle chez vous et dans le monde…Des mots jamais entendus au cours de ces dernières années, aucun responsable politique n’a osé s’exprimer avec une telle force, une telle simplicité et un tel brio. Les lamentables opérations de basse politique fomentées contre l’Europe par les franges le plus extrémistes et populistes, envahissent notre environnement médiatique, mais Obama vient de nous rappeler que le projet européen est d’une fragilité grandissant, mais ses vertus et ses réalisations ne sont pas rien. Et l’historien nous rappelle aussi que tout cela n’est pas nouveau. Ils confirment que « les méchants démons sont toujours aux aguets » ainsi que Vaclav Havel l’avait indiqué dans un discours au Parlement européen. « Vide, désintégration des valeurs, peur de la liberté, souffrances, misère, chaos, voilà leur terrain de prédilection (…) si le futur ordre n’émanait pas de l’Union européenne, il pourrait advenir qu’il soit instauré par des fous, des fanatiques, des populistes et des démagogues de toute espèce qui attendent leur tour, décidés à instituer les pires traditions européennes, elles aussi nombreuses, hélas »

De Vaclav Havel à Obama cela fait sens !

 

« adress to the people of Europe »

Pour en savoir plus :

-. Discours de Vaclav Havel devant le Parlement européen http://www.ina.fr/video/VDD09019213 20 mars 1991

-. Remarks by President Obama in Adress to the People of Europe https://www.whitehouse.gov/the-press-office/2016/04/25/remarks-president-obama-address-people-europe

 

Classé dans:Citoyenneté européenne

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print