EU-Logos

Une première fois lancé par Europa Nova le 9 mai dernier, il vient d’être renouvelé et cette « feuille de route pour une Nouvelle Renaissance européenne » vient d’être publiée conjointement par le Journal du Dimanche (France), Bild am Sonntag (Allemagne), Le Soir (Belgique), La Stampa (Italie), Publico (Portugal), Tageblatt (Luxembourg) et la Gazeta Wyborcza (Pologne). (Cf .ci-dessous le texte)

Eulogos a décidé de signer l’appel parce qu’il fait le même constat : il est crucial de ne pas laisser le Brexit détourner notre énergie « Tout au contraire il peut et il doit la raviver » .Plus fondamentalement et comme Europa Nova, Eulogos est exaspéré par le fait que « voilà dix ans que les opposants au projet européen saturent l’espace public » sans qu’une réplique organisée lui soit opposée (le communiqué de Eulogos)

L’appel propose une feuille de route axée autour de six initiatives, concises, clairement identifiées et correctement hiérarchisées. En toute première priorité il place la démocratie « par le renforcement de la culture civique européenne ». C’est le préalable à tout ; modifier les traités, organiser des référendums ne sont que des aboutissements nécessairement précédés par une action civique de longue haleine si différente du tohubohu de campagnes électorales confuses. « Les référendums sur l’appartenance ne doivent pas donner lieu à des marchandages. L’Europe à la carte n’est pas une option » .

La Renaissance de l’Europe passe-t-elle par de nouveaux traités ? Ce n’est pas évident : Giscard d’Estaing du haut de sa longue et immense expérience vient de dire que tout cela n’est pas une question de traité mais de volonté politique et de leaders politiques que nous n’avons pas en ce moment.

Pour sa part EULOGOS estime qu’il convient d’utiliser tout le potentiel existant dans les traités avant d’envisager un nouveau. La demande d’un nouveau Traité n’a été dans le passé qu’un alibi pour ne rien faire. Eulogos estime comme Terra Nova qu’un nouveau Traité devrait s’appliquer qu’aux Etats souhaitant une intégration plus approfondie et convaincus qu’un intérêt général n’est pas la somme des intérêts nationaux.

L’exercice normal de la démocratie passe par la sécurité et la défense des citoyens européens : les Etats doivent respecter leurs engagements sur le plan intérieur et extérieur. Les régions voisines doivent être stabilisées sur les plans économiques, culturels et diplomatiques.

Pas de politique de l’emploi sans une relance de la politique industrielle dans les secteurs clés que sont les transports, les énergies renouvelables, les compétences numériques, la santé, les industries culturelles et créatives, les matériaux nouveaux.

Achever la zone euro pour renforcer le potentiel de croissance.

Concernant les réfugiés et migrants , Europa Nova n’a pas de solution miracle, mais propose des fondamentaux qui vont durablement dans le bon sens. Le moyen/long terme progressivement doit prendre le pas sur l’urgence. L’Europe doit accueilli, intégrer, former et préparer le retour des migrants et réfugiés . Accueillir ceux prêts à s’intégrer et à accepter nos valeurs. Un type d’accord comme celui avec Turquie n’est pas une solution pour le long terme.

Mettre en place un Erasmus des collégiens, afin de développer l’éducation civique européenne sont les fondations préalables à tout référendum ou changement de traité à l’horizon 2019, date du renouvellement du Parlement européen selon une procédure rénovée.

La mobilisation des européens c’est maintenant !

L’appel lancé par Europa Nova mérite un plein succès par la diversité de ceux qui l’ont lancé, parce qu’il met au premier plan la formation civique européenne. Enfin il est vital et urgent que soit créé un pôle qui fédère de façon souple et décentralisée toutes les énergies organisées ou spontanées.

—————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————-

Texte de l’appel

« Nous respectons le vote des citoyens britanniques, et nous le regrettons. Mais il est crucial de ne pas laisser le Brexit détourner notre énergie. Tout au contraire, il peut et doit servir à la raviver. Les Européens doivent se réinventer, et relever des défis collectifs considérables.

Le moment est venu de relancer l’Appel publié simultanément le 9 mai dernier dans une dizaine de pays européens à l’initiative de personnalités très diverses de la société civile, de la culture et de la politique. Ce texte propose ‘une feuille de route pour une Nouvelle Renaissance européenne’, applicable dès l’automne prochain et axée autour de six initiatives concrètes :

  1. Un renforcement de la démocratie et de la culture civique européenne ;
  2. Une nouvelle étape en matière de sécurité, de défense et de protection civile des citoyens européens ;
  3. Une stratégie pour accueillir, intégrer et, le cas échéant, préparer les conditions de retour à plus long terme des réfugiés dans leur pays ;
  4. Une nouvelle politique industrielle européenne, fondée sur une croissance décarbonée, capable de moderniser notre économie et de créer massivement des emplois de proximité ;
  5. L’achèvement de la zone euro, pour qu’elle fonctionne efficacement, et non comme une machine à accroitre les inégalités ;
  6. La création d’un Erasmus des collégiens, qui rassemblera tous les jeunes d’une même génération.

« Une réappropriation rapide du projet européen par nos concitoyens »

Le retentissement de cet appel a été considérable. Des citoyens nous ont apporté leur soutien, des parlementaires y voient une base de relance de l’Union, des organisations de la société civile en font le cœur de leur réflexion, des chefs d’Etat et de gouvernement, dont le président de la République française, nous ont invités à les rencontrer.

Notre ambition est de contribuer à une réappropriation rapide du projet européen par nos concitoyens, dans l’intérêt général de tous. Nous dessinons ainsi notre futur commun. La feuille de route est ambitieuse, concrète, réaliste, centrée sur les besoins et les préoccupations des citoyens. Sans sa mise en œuvre rapide, le décrochage entre les institutions européennes et les Européens va s’accélérer, premier pas vers une possible implosion de l’Union. Une régression sans précédent menace nos démocraties. »

« Donnons à l’Union les compétences pour améliorer durablement nos vies »

Dans un monde traversé par des défis géopolitiques, sécuritaires, migratoires, climatiques ou économiques transnationaux, une Europe unie et puissante est plus nécessaire que jamais. Respectueuse des diversités nationales, garante des droits fondamentaux, capable d’intégrer les immigrants, de créer des emplois, de réduire les inégalités et d’influencer le cours du monde, l’Union européenne doit devenir une grande puissance démocratique, culturelle, écologique et économique, dans un monde multipolaire où les Européens ne représenteront bientôt plus que 5% de la population totale. C’est la condition pour que nos concitoyens reprennent confiance en l’avenir.

Voilà dix ans que les opposants au projet européen saturent l’espace public. Ils critiquent pêle-mêle l’inaction de l’Europe en matière de sécurité, de politique étrangère ou de défense, alors que c’est eux-mêmes qui lui ont refusé les moyens d’agir. Rompons ce cycle absurde! Donnons à l’Union les compétences pour améliorer durablement nos vies.

«Pour que notre ambition se concrétise, nous avons besoin que vous, citoyens de nos pays de l’Union»

Six initiatives, six urgences. Au-delà, nous voulons aussi des institutions européennes plus efficaces. Que le Parlement européen prenne, au bon moment, l’initiative d’une convention ouverte et transparente, et engage le débat avec la société civile. Il faut adapter les traités aux enjeux de notre temps. Nous aboutirons ainsi à un nouveau traité, qui permettra aux pays qui le souhaitent d’avancer ensemble.

Pour que notre ambition se concrétise, nous avons besoin que vous, citoyens de nos pays de l’Union, vous vous empariez de notre initiative : débattez, contredisez ou complétez nos propositions. L’Union européenne doit redevenir l’affaire de tous, et non l’affaire de ceux qui veulent la détruire. Seul un tel mouvement citoyen donnera à nos gouvernants le courage d’agir. Nous invitons tous ceux qui partagent cette conviction à nous rejoindre. Commençons ensemble un grand dialogue européen sur ce que nous attendons de l’Union européenne, pour qu’elle puisse profiter à nous tous, maintenant! »

Rejoignez-nous et signez la feuille de route sur http://www.m9m.eu

Les co-auteurs de la Feuille de route pour une Nouvelle Renaissance européenne sont :

Guillaume Klossa (FR), auteur, initiateur de la feuille de route, fondateur d’EuropaNova, ancien sherpa du groupe de réflexion sur l’avenir de l’Europe (Conseil européen)

László Andor (HU), économiste, ancien commissaire européen

Lionel Baier (CH), réalisateur

Michel Barnier (FR), ancien ministre des Affaires étrangères, ancien vice-président de la Commission européenne, Parti Populaire européen

Mercedes Bresso (IT), parlementaire européenne, ancienne présidente du Comité des Régions

Elmar Brok (DE), président de la Commission des Affaires étrangères, Parti Populaire européen Parlement européen

Daniel Cohn-Bendit (FR-DE), ancien président du groupe « Les Verts », Parlement européen

Philippe de Buck (BE), ancien directeur général de BusinessEurope, membre du Comité économique et social européen

Georgios Dassis (GR), syndicaliste, président du Comité économique et social européen

Paul Dujardin (BE), directeur général du Palais des Beaux-arts (BOZAR) de Bruxelles

Joschka Fischer(DE), ancien Ministre des affaires étrangères et vice-chancellier d’Allemagne

Cynthia Fleury (FR), philosophe

Felipe Gonzalez (ES), ancien premier ministre, ancien président du groupe de réflexion sur l’avenir de l’Europe (Conseil européen)

Danuta Huebner (PL), ancienne commissaire européenne, présidente de la commission des affaires constitutionnelles, Parti Populaire Européen, Parlement Européen

Catiuscia Marini (IT), Présidente du groupe socialiste au Comité des Régions, Présidente de la région d’Ombrie

Robert Menasse (AT), écrivain

Christophe Leclerq (FR), entrepreneur dans le monde des média et fondateur d’EurActiv

Jo Leinen (DE), président du Mouvement européen, député, Parlement européen

Sofi Oksanen (FI), écrivaine

Maria João Rodrigues (PT), membre d’équipes de présidence européenne, ancienne ministre, vice-présidente du groupe « Socialistes et démocrates », Parlement européen

Roberto Saviano (IT), écrivain

Nicolas Schmit (LU), Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Immigration du Luxembourg

Gesine Schwan (DE), présidente de la plateforme de gouvernance Humboldt- Viadrina

Philippe van Parijs (BE), philosophe, professeur à l’université d’Oxford, l’Université Catholique de Louvain (UCL) et la Katholieke Universiteit Leuven (KUL) et ancien professeur invité à l’Université de Harvard

Kirsten van den Hul (NL), écrivaine et éditorialiste

David van Reybrouck (BE), écrivain, fondateur du collectif Brussels Poetry et du sommet G1000 (plateforme pour l’innovation démocratique)

Petre Roman (RO), ancien Premier ministre de la Roumanie, ancien Président du Sénat

Claudia Tapardel (RO), parlementaire européenne, membre de la Commission des affaires constitutionnelles

Guy Verhofstadt (BE), ancien premier ministre, président du groupe « ADLE », Parlement européen

Guillaume Vicaire (FR), directeur général du groupe d’édition Editis

Cédric Villani (FR), mathématicien, Médaille Fields

Sasha Waltz (DE), chorégraphe, danseuse et fondatrice de la compagnie de danse Sasha Waltz and Guests

Classé dans:Citoyenneté européenne, QUESTIONS INSTITUTIONNELLES ET BUDGETAIRES

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print