EU-Logos

Le HCR s’alarme du nombre élevé de morts relevé cette année parmi les réfugiés et les migrants qui tentent la traversée de la Méditerranée. Alors qu’il reste encore deux mois avant la fin de 2016, 3 740 personnes au moins auraient déjà péri, soit à peine moins que les 3 771 décès signalés sur toute l’année 2015. C’est le pire bilan que nous ayons connu, relève le porte parole du HCR.

Le nombre élevé de décès intervient alors que les personnes ont été nettement moins nombreuses à tenter la traversée de la Méditerranée vers l’Europe cette année. L’année dernière, au moins 1 015 078 personnes s’étaient aventurées. Cette année, elles ne sont à ce jour qu’au nombre de 327 800. Le taux probable de décès est donc passé de un pour 269 l’an dernier, à un pour 88 en 2016. Sur la route méditerranéenne centrale entre la Libye et l’Italie, le taux de décès probable est même encore plus élevé, avec un décès pour 47 arrivées.

Les causes de cette hausse sont multiples: près de la moitié de ceux qui ont tenté la traversée cette année ont utilisé l’itinéraire entre l’Afrique du Nord et l’Italie, connu pour être plus périlleux. Les passeurs utilisent maintenant des embarcations de moindre qualité – des canots pneumatiques fragiles qui souvent ne résistent pas au voyage. A plusieurs reprises, les incidents ont été liés semble-t-il aux mauvaises conditions météorologiques. Enfin, les tactiques des passeurs changent aussi, avec, en plusieurs occasions, l’embarquement simultané de milliers de personnes. Si cela peut correspondre à une évolution dans les manières de faire des passeurs, ou vise à limiter les risques de détection, le travail des sauveteurs est également rendu plus difficile.

Remédier à cette situation tout en assurant le bon fonctionnement des systèmes d’asile demeure un défi pour de nombreux pays, mais les moyens existent pour sauver des vies et le HCR exhorte tous les pays à intensifier leur action à cet égard. Les Etats doivent d’urgence accorder une plus grande attention au renforcement substantiel des voies légales permettant aux réfugiés d’atteindre la sécurité. Ces moyens comprennent l’augmentation du nombre de réinstallations et des admissions humanitaires, la réunification familiale, le parrainage privé et l’octroi de visas humanitaires, d’études et de travail aux réfugiés. Le nombre élevé de victimes rappelle également l’importance de poursuivre et de renforcer les capacités de recherche et de sauvetage sans lesquelles le taux de mortalité serait certainement encore plus élevé.

Pour en savoir plus : principales sources d’informations

-. Fact sheet du HCR http://www.unhcr.org/fr/news/briefing/2016/10/58107b73a/bilan-salourdit-atteint-records-mediterranee.html

-. Portail des informations du HCR (très grande richesse pour les derniers mois )http://data.unhcr.org/mediterranean/regional.php

 

Classé dans:Conditions d’accueil des migrants et réfugiés, Dignité humaine, DROITS FONDAMENTAUX, MIGRATIONS ET ASILE

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print