EU-Logos

Dimanche 8 Janvier, les membres du Mouvement 5 étoiles avaient approuvé la décision de changer de groupe avec un sondage en ligne sur le blog de Beppe Grillo, leur leader. Ce vote a pris fin à 12 heures ce lundi: 78,5 % des électeurs avaient décidé de s’allier avec l’ADLE, le groupe libéral des Européens qui a un programme opposé à celui du Mouvement 5 étoiles. 40 654 membres du Mouvement avaient participé, soit environ un tiers du total de ses affiliés. Dans le post annonçant le vote, Grillo avait clairement laissé entendre qu’il n’existait qu’une unique alternative (en cas de refus de la part de l’ADLE): créer un groupe non affilié ou rester dans le groupe actuel.

Le lundi soir, le président du groupe ADLE au Parlement européen, Guy Verhofstadt a indiqué que l’alliance avec le Mouvement 5 Etoiles ne pouvait être réalisée du fait des grandes différences d’opinion concernant les questions-clés de la politique européenne. À ce moment-là, le chef du Mouvement 5 étoiles, alors en-dehors du groupe libéral (ADLE) et du EFDD, a joué sa dernière carte. Dans son blog était indiqué que le « système », interprété comme un jeu politique fait d’alliances et de ruptures, avait décidé de stopper l’entrée du Mouvement 5 Etoiles dans le troisième plus grand groupe du Parlement européen qu’est la ADLE. Cela a suscité beaucoup d’espoir car cette alliance avec un groupe politique si vaste et puissant au sein du Parlement européen aurait donné une réelle opportunité au Mouvement pour réaliser leur projets politiques. Pour cette raison, Beppe Grillo a écrit que la délégation du Mouvement 5 étoiles au Parlement européen avait l’intention de poursuivre ses travaux pour créer un groupe politique indépendant pour la prochaine législature européenne: la DDM (Direct Democracy Movement). Toutefois, la proposition a été rejetée par la majorité des députés du groupe.

Le Mouvement 5 étoiles a donc fait un pas en arrière, vers Farage. Jusqu’à dimanche dernier, il faisait partie du Groupe Liberté et la Démocratie (EFDD), allié avec l’UKIP, le parti nationaliste britannique « eurosceptique », et d’autres parlementaires ‘solitaires’. En réalité, même s’ils sont dans le même groupe, les deux partis ont souvent voté de façon opposée.

Cependant, mardi soir, précisément à cause de leur nature ‘populiste’, et suite au refus de l’ADLE, le Mouvement est retourné quelque peu penaud vers Farage tout en conservant leur scepticisme quant à certaines approches de l’UKIP et à leur nationalisme exacerbé. Beppe Grillo, selon la presse, a téléphoné à Nigel Farage afin de lui demander de retourner parmi les eurosceptiques de l’EFDD. Après, le feu vert, Farage a déclaré que malgré les différents points de vue, les différences avec Grillo avaient été surmontées. Après un chaos de trois jours, tout a finalement repris son cours.

En effet, la sortie officielle de 17 députés «grillini» aurait pu amener des problèmes internes, telle que la perte d’environ vingt fonctionnaires du groupe, l’exclusion de l’accès à des postes au sein des commissions parlementaires et un pouvoir d’influence sur plusieurs dossiers clés. Dans le même temps, la sortie du Mouvement aurait pu mettre en danger l’existence-même du groupe EFDD, actuellement composé de 44 députés. Le re-marriage entre Grillo et Farage a consolidé ce dernier. Néanmoins, cette forme de « consultation en ligne » a bien démontré des faiblesses et de l’indecision symptomatique du Mouvement et du groupe lui-même.

Classé dans:BREVES, Face au populisme

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print